Décès de Mme Rakel Margen

C’est avec une infinie tristesse que nous avons appris la semaine dernière le décès de Madame Rakel Margen, veuve de feu notre président Elie Margen.

Pour les personnes de ma génération, ce couple a été le symbole très actif durant de très nombreuses années d’une foi communautaire chevillée au corps.

Dès leur arrivée à Troyes, ensemble, ils ont participé très activement à la vie communautaire, et ont été les ardents défenseurs des associations telles que la Fraternelle, le Centre Culturel Rachi, L’Association Communautaire Israélite bien-sûr et même l’Institut Rachi créé il y a 25 ans par René Samuel Sirat et Robert Galley. Si la Maison Rachi existe aujourd’hui à Troyes, nous le devons tous à Elie Margen qui a su s’approprier la vision de nos anciens présidents (Albert Blum, Isidore Francforter et Henri Cahen) ou de notre grand Rabbin Abba Samoun et faire de Rachi, son mentor. Elie et Raquel ont été de ce fait les artisans premiers de cette création hors normes et les sauveurs à très long terme de la communauté de Troyes, bien au-delà de leur propre existence. C’est bien cela que nous leur devons.

Leur attachement au judaïsme traditionnel était de tous les instants et a été transmis avec ô combien d’intelligence, de spiritualité et d’élégance à leur trois enfants Noémie, Muriel et Claude.

Tous les membres de la communauté de Troyes comme tous les membres de la Fraternelle et tous les juifs de l’aube ne peuvent qu’être attristés par le décès de Madame Rakel Margen.

Elle a pu après des années d’une lutte courageuse contre la maladie, rejoindre son époux dans une vie meilleure. Elle lui apportera à nouveau sa lumière comme ce fut le cas ici-bas, tant elle a été pour lui un soutien de tous les instants et aussi le bon sens et la raison personnifiée.

Nous ne pouvons que présenter nos très sincères condoléances à Noémie, Muriel et Claude et aux petits enfants de Rakel qu’elle adorait de tout son être. C’est un pan entier de l’existence de la communauté qui vient de disparaître. Elle s’en est allé la semaine dernière avec un petit peu de mon âme.

Qu’elle repose dorénavant en paix aux côtés de son cher et tendre époux Elie. Leur couple marquera la communauté de Troyes à coeur grâce a sa gentillesse, à sa bienveillance à l’égard de tous, à sa générosité et à sa grandeur d’âme.

Qu’elle en soit ici remerciée et que le rappel de leur nom à tous les deux soit dorénavant une source de bénédictions pour ses enfants et ses petits-enfants.

Renè Pitoun
Président attristé de la Fraternelle et de la Maison Rachi