Un arbre contre l’antisémitisme

C’est devant un parterre représentatif de la Ville de Troyes et du département de l’Aube, que François Baroin, Maire de Troyes et Thierry Mosimann, Préfet de l’Aube plantèrent place de la Libération, un jeune chêne comme symbole du racisme et de l’antisémitisme.

Des collégiens avaient préparés des textes pour rappeler les figures emblématiques de l’histoire des discriminations, comme Anne Frank, Rosa Parks ou Martin Luther King.

D’autres événements antisémites plus récents furent aussi évoqués comme la dégradation matérielle des souvenirs de Simone Veil, des stèles dans les cimetières d’Alsace ou de l’arbre planté à la mémoire d’Ilan Halimi.

La conclusion du préfet Mosimann résonna pourtant dans l’esprit de tous : La vigilance absolue est nécessaire face au fléau de l’antisémitisme.